Le grand Ajax était-il une grande équipe offensive ?

A quarante ans de distance, l’Ajax Amsterdam, vainqueur de trois Coupes d’Europe des champions successives, en 1971, 1972 et 1973, reste comme l’équipe de club qui a révolutionné le jeu de football à cette époque.

On pourrait croire que l’équipe néerlandaise, entraînée par Rinus Michels puis par Stefan Kovacs, a fait l’unanimité. Ce n’est pas tout à fait le cas.

En France, la presse a pour l’essentiel fait l’éloge du jeu de l’Ajax. Un seul exemple avec cet extrait de l’éditorial de l’hedomadaire « France-Football » du 6 juin 1972, quelques jours après la victoire symbolique de l’Ajax sur l’Inter Milan « bétonnant » (2-0), en finale de la Coupe des champions:

« La finale de Rotterdam a mis aux prises l’équipe européenne la plus en avance en matière d’évolution du jeu, Ajax,  et une équipe italienne fidèle du  »catenaccio » le plus strict, l’Inter. Le contraste des deux styles et des deux méthodes fut passionnant à observer. Ajax, parvenu au sommet du football européen, poursuit son rêve d’un  »football total », caractérisé par la participation de chaque joueur à tout le jeu, offensif et défensif, et par la disponibilité de chaque joueur à chaque moment. »

  • Les réserves du « Miroir du football »

Le même jour, paraît le « Miroir du football », journal militant intransigeant du jeu offensif. On pourrait le croire enthousiaste, après la victoire d’Ajax sur cet Inter qui symbolise, aux yeux du journal de François Thébaud, l’anti-football absolu. Cependant son article, titré « Ajax champion d’Europe – une victoire du football, mais… », émet deux réserves sur la volonté offensive de l’équipe néerlandaise:

« la victoire d’Ajax, bien qu’acquise sur le score sans bavure de 2-0, fut moins significative que celle du Celtic sur l’Inter (2-1) en 1967 et que le triomphe du Brésil sur l’Italie de 1970. Le Celtic et le Brésil effectuèrent une lumineuse démonstration du moyen tactique à employer pour démanteler le béton ».

Thébaud démontre la supériorité de l’apport des arrières latéraux du Celtic (Craig, Gemmell) et brésilien (Carlos Alberto), sur celui des défenseurs d’Ajax (Suurbier et Krol).

Pour le journaliste,  « Ajax n’est pas encore une incarnation achevée du jeu offensif. Certes, on a déjà vu cette équipe bien ou très bien jouer offensivement. Mais, sur terrain adverse, elle a fait des concessions assez sérieuses au jeu défensif. » Sous la plume de Thébaud,  cela a valeur de critique sévère.

La saison suivante, Ajax continue sur sa lancée. L’équipe néerlandaise est à son zénith le 7 mars 1973 quand elle  bat le Bayern Munich 4-0. « Royal et intouchable », titre « L’Equipe » du lendemain. Le 31 mai suivant, elle remporte sa troisième Coupe des champions (Ajax-Juventus, 1-0).

  • L’exemple à ne pas suivre ?

C’est dans cette période que François Thébaud écrit un éditorial, dans le « Miroir » du 4 avril, intitulé: « Les limites d’Ajax », dans lequel sont remises en cause les vertus offensives de l’équipe d’Amsterdam:

« Plus offensive que la plupart de ses adversaires, l’équipe d’Ajax n’est cependant pas un exemple d’équipe offensive, car à l’extérieur elle n’hésite jamais à sacrifier délibérément au style défense renforcée-contre-attaque, et même à domicile les replis prématurés de ses défenseurs interdisent la permanence de l’offensive. »

Après un paragraphe très critique à l’égard de Johann Cruyff, considéré d’abord comme un « physique », la conclusion de l’édito est rude:

« Il apparaît que la supériorité indiscutable d’Ajax s’exprime dans un contexte de nivellement général des valeurs par le bas. Et ce n’est pas son deuxième match contre le Bayern qui nous incitera à réviser notre jugement et à proclamer que nous avons assisté à la naissance d’une grande équipe. »

  • « La fin du mythe »

Le 7 novembre 1973, le règne européen d’Ajax prend fin à Sofia. Le triple champion d’Europe est éliminé en 8e de finale par le champion de Bulgarie, le CSKA (1-0 et 0-2). Le « Miroir du foot » du 15 novembre titre: « La fin du mythe Ajax ».

40 ans plus tard, le mythe n’est pas mort. Et ses nostalgiques n’en reviendront sans doute pas que les mérites de « leur » grand Ajax aient pu être appréciés avec autant de parcimonie par un journal qui fut considéré comme la « bible » d’une génération de footballeurs.

Didier Braun

Publicités

4 réponses à “Le grand Ajax était-il une grande équipe offensive ?

  1. La grandeur de l’Ajax reposait sur un grand équilibre , le football total
    donc il n’a jamais été question d’une équipe qu’offensive.
    Les gens se régalaient car ils faisaient circuler le ballon entre eux beaucoup plus vite que les autres clubs et marquaient beaucoup plus de but tout en rapidité , aussi ils avaient des joeurs très talentueux sur toutes les lignes et chatismatiques. Il y avait certes moins de technique que les brésiliens de l’époque ou même les Italiens, mais qui le contestait ? personne, ils avaient cette étincelle et modestie en plus à savoir vouloir jouer vite et collectif et défendre et attaquer tous ensembles. C’était une révolution et très esthétique malgré ce que peut dire ce François Thébaud
    Avoir fait la fine bouche à l’époque est tout simplement insensé.

  2. Cela m’étonne pas du tout ! je posséde tous les  » miroir du football » concernant la grande époque du GRAND AJAX , j’ai été sidéré par l’agressivité voire peut être de la haine , contenue dans tous les articles de cette époque notamment de Francois Thébault le « Fouquier-Tinville  » anti Ajaxien , virulent anti football total . J’avoue avoir été très marqué par ses critiques acerbes en grande partie injustes, jusqu’à critiquer durement le stade olympique d’Amsterdam .Pire , il faut lire la joie mesquine , malsaine , de son article lorsque l’Ajax fût éliminé au 1er tour , contre le CSKA Sofia ,cela dépasse l’entendement …
    Tout cela sent fort la mauvaise foi et la jalousie atrabilaire d’un journaliste complétement dépassé par cette révolution technique et tactique de cet
    Ajax précurseur du football actuel…

    Quand à la qualité technique de ces joueurs bataves , elle était largement supérieure ( voir la finale Ajax-Inter ) à celle des italiens , quand à celle des brésiliens , c’est à discuter…

    D’ailleurs , j’avais en prévision , un texte concernant ce sujet , il est peut être temps de rétablir la vérité d’un magazine de grande renommée qui s’est vautré dans la fange pour dézinguer un football qui nous a apporté tant de joie et de bonheur . :king2:

    • Ainsi, en 2011, le Miroir fait toujours réagir… Juste pour mettre un peu de distance, je rappellerai que le Miroir défendait une vision politique du football, et critiquait donc le foot-business (le journal L’Equipe était une de ses cibles de choix), le chauvinisme, la violence, etc… L’idée était de faire le lien entre les aspects sociaux du football et le jeu. En bref, le football dit « réaliste » était un symbole de la société capitaliste. Le Miroir défendait de manière intransigeante un jeu totalement offensif (avec son application sur le terrain: défense en ligne, recul-frein, jeu groupé, court) qui miserait peu sur les aspects physiques du jeu. Ses favoris étaient le Anderlecht de Sinibaldi, le tout premier Nantes, Reims et le grand Brésil. Ses critiques les plus dures allaient au football italien (Herrera!), à Georges Boulogne, à la FFF. Et l’Ajax, qui misait aussi sur l’agressivité, l’aspect athlétique et ce que le Miroir appelait le hors-jeu piège, entra d’autant moins dans les canons du Miroir que L’Equipe en fut un admirateur avoué. A lire quand même le livre que F.Thébaut a écrit sur l’aventure du Miroir. D.B.

      • Le pire , c’est que je suis d’accord avec la plupart des thèmes favoris du « miroir » , la non violence , l’offensive à tout crin , un certain esthétisme du football : le FC Nantes , j’aimais bien Anderlecht , bien sûr le Brésil 70 mais attaquer d’une façon excessive et injuste le GRAND AJAX , cela , je ne peux le supporter même 40 ANS PLUS TARD … l’histoire parle d’elle même , le GRAND AJAX est le précurseur du jeu actuel (voire le Barça ! ) on ne peut que lui dire merci et l’aimer de tous son coeur d’adolescent de…53 ans

        Cordialement
        CARCO pour vous servir..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s