1er janvier 1912: Eloy marque un but aux Anglais, mais les Anglais en inscrivent 7 !

Dans cette rubrique, vous trouverez, semaine après semaine, la chronique du football il y a pile 100 ans. Voici la première semaine de janvier 1912. Où une sélection française est heureuse d’avoir marqué un but aux Anglais. Où des Parisiens trouvent que les Allemands jouent dur. Où une équipe, mécontente de l’arbitre, quitte le terrain, puis propose de dédommager les spectateurs!

  • Le 1er janvier 1912, à Londres, l’équipe de France est battue par la sélection de la fédération amateur anglaise, 7 buts à 1. Ne cherchez pas ce résultat dans la liste officielle de la Fédération française. Ce match n’y figure pas. Il s’agit en effet de la sélection française de l’U.S.F.S.A. (l’Union des sociétés françaises de sports athlétiques) qui n’est plus reconnue par la F.I.F.A depuis 1908. Voir l’historique des différentes fédérations qui ont géré le football, avant la création de la Fédération française de football.
  • Les chroniqueurs relèvent un exploit français, malgré la sévérité du score: c’est la première fois qu’un joueur français marque un but sur le terrain anglais. L’auteur du but est l’attaquant de l’Olympique Lillois, Albert Eloy. Précisons: une première pour un match de l’équipe de l’U.S.F.S.A. En 1910, en effet, la France (alors représentée par la sélection du C.F.I.) avait été battue par l’Angleterre 10-1, à Brighton. Auguste Tousset avait marqué pour les Français.

La composition de l’équipe française:  de Gastyne (RC France) – Mathieu (C.A.S.G.), Schalbart (U.S.Clichy) –  Nicol (R.C.France), Denis (C.A.S.G.), Montreuil (F.C.Rouen) – Voyeux (O.Lillois), Jacolliot (A.S.Française), Bard (R.C.France), Eloy (O.Lillois), Bacrot (O.Lillois). Capitaine: Nicol.

  • Le 2 janvier, « L’Auto » relate le voyage des joueurs du C.A.Paris en Allemagne pendant les fêtes de fin d’année. Ils ont joué deux matches contre Duisbourg puis Duren. Ils ont été battus par Duisbourg 7-3, après un voyage pénible qui les a fait arriver peu avant le coup d’envoi. Les Allemands, dit-on, ont joué très dur et les « Capistes » ont eu trois blessés. Le lendemain, ils ont réussi une exhibition remarquable. « Leur supériorité, lit-on dans le journal, fut plus belle que ne l’indique le résultat. » Mais du résultat, il n’est pas question dans le journal ! Les joueurs cités pour la qualité de leur performance sont: Bigué, Devic, Véron, Mesnier et Vialmonteil.
  • Le 4 janvier, « L’Auto » revient sur les incidents qui ont eu lieu au cours du match du dimanche précédent, entre l’Etoile des Deux Lacs et le Red Star. Les joueurs de l’Etoile ont quitté le terrain, jugeant l’arbitrage défectueux. Le dirigeant du club écrit à « L’Auto: « L’E.D.-L. est la première à regretter d’avoir été obligée de quitter le terrain. Cependant son capitaine est entièrement approuvé par le bureau de l’E.D.-L., la partialité de l’arbitre étant par trop manifeste. Afin que le public ne soit en aucune façon lésé, l’E.D.-L. s’engage à échanger tout ticket d’entrée du match de dimanche contre un bon pour une entrée à un match payant, même international, organisé par elle. »
  • Le 7 janvier se déroulent les matches de la Coupe Inghram (parfois orthographiée Ingram). J’avoue que je viens de découvrir cette compétition en lisant « L’Auto ». Aucun des livres sur l’histoire du football français que j’ai pu lire ne mentionne cette épreuve. Il s’agit d’une Coupe organisée par l’U.S.F.S.A, mais je n’en sais pas plus. Elle oppose des sélections de comités régionaux. Résultats de ce jour: Paris bat Basse-Normandie, 14-0. Haute-Normandie bat Picardie, 2-0. Bretagne bat Beauce et Maine, 10-0. Languedoc bat Littoral, 3-1. Atlantique bat Charentes, 2-0. Pyrénées bat Côte d’Argent, 7-1. Toute information concernant cette compétition sera la bienvenue.

(A suivre)

Didier Braun

Publicités

Une réponse à “1er janvier 1912: Eloy marque un but aux Anglais, mais les Anglais en inscrivent 7 !

  1. Voici les quelques infos que j’ai noté sur cette Coupe dans mon historique du foot montpelliérain (où SOM et MHSC ont un lien ;))).

    L’USFSA institue à partir de la saison 1910-11 la Coupe INGHRAN, challenge offert au Comité de Paris de l’USFSA par la maison londonienne « J. G. INGHRAN and Son » et remis en jeu chaque année entre les Comités régionaux.
    D’une valeur de 500 francs [10 000 frs], cette compétition à élimination directe, que les sélections doivent emporter trois fois afin de se l’approprier définitivement, préfigure la Coupe des provinces françaises.

    La Bretagne remporte la première édition de ce challenge après avoir écarté Paris en demi-finale et le Languedoc en finale le 27/02/1911 à Paris (terrain de l’US Française à La Chapelle) devant 2 500 spectateurs (recette : 950 F [16 417 frs]).

    Mai 1912 : La sélection USFSA du Languedoc est à nouveau battue en finale de la Coupe Ingham par la sélection de Paris (2-3) à Cette. Dans l’équipe languedocienne, un seul Montpelliérain est aligné : le gardien Philitt du MSUC.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s